Blog

DEFCORE PARTY – LA POINTE LAFAYETTE – PARIS

Date : 01-07-06

defcore_party

On y est, c’est ce soir Defcore à la Pointe ! Ça fait longtemps que j’attends cette soirée, les potes qui jouent mais autre part que dans un salon ! Enfin, en même temps niveau volume, c’est quasiment pareil. J’aime bien cette petite salle, elle est conviviale et le son est propre… Le seul souci, c’est que La pointe un soir d’été, c’est ambiance MUY/MOUILLE caliente, ça va transpirer. Bienvenue en enfer ! HAHA
On se pointe au bar vers 20h pour l’apéro, on profite du peu de fraîcheur que nous offre la terrasse avant de descendre dans la salle.
A 21h, c’est un peu désert. Normal, ce soir, on a de la concurrence, le foot… La France joue contre le Brésil.
Alors, ils ont tout prévu à la Pointe, y’a un magnifique écran plat dans la salle, mais apparemment, il ne fonctionne plus. Le gars du bar est légèrement en panique, il commence à virer au blanc. Les clients se cassent peu à peu discretos pour aller ailleurs. On voit les gens s’agglutiner devant le trottoir du bar d’en face. Même les potes sont déçus, ils auraient bien aimé mater une action vite fait en allant commander une bière. Mais un peu plus tard, le patron finit quand même par se dégotter une petite TV.
Une demi heure après, tout est calé, le mini-disc est branché, c’est parti ! C’est notre Toy Boy qui ouvre le bal avec un Louderbach (aka Troy Pierce) et on sait que ça va être chaud. Il nous concocte un set minimal, hyper aérien et putassier à souhait ! Il s’éclate derrière les platines et du coup, tout le monde prend son pied !
On change d’ambiance avec d-Flo qui enchaîne avec un gros set techno. Après un démarrage un peu délicat, la locomotive est lancée. Hyper concentrée, elle nous fait un set bien lancinant limite indus avec des sons qui me font bien partir. Sa sélection est impeccable et m’accroche jusqu’à la fin.
Mooly, chaud comme la braise, passe derrière les platines, le match est fini (France 1-0 Brésil, faut-il le rappeler…), les potes qu’on attendait finissent par arriver (enfin) et la salle se remplit. Mooly est en super forme et nous joue un pur set mental bien happy. Comme d’hab, il joue avec ses tripes et on le ressent grave. Je suis scotchée, emportée par les boucles bien planantes et les petits sons acidulés.
Zanbil prend la relève pour un petit voyage de l’Allemagne à L’Italie en passant par l’Ecosse. Son set a bien la patate. Il est en terrain conquis, je kiffe grave et je danse, danse, danse… »Dance or Die » comme dirait une certaine « Creature of the Night ». Au moment où il nous passe le « Deep from Colosseum » de Lory D, c’est le pied ! Bichon, absorbé par le son en oublie même sa mission…
Onk & Tripsy clôturent la soirée équipés d’un PC et de deux contrôleurs midi, pour un live techno aux sonorités hardtek super mentales. Ils ont bien la patate mais la chaleur devient insoutenable et je monte boire un coup en terrasse.
Et ça y’est, à peine le temps de faire un tour là haut et c’est déjà fini ! La soirée est passée trop, trop vite, il est 2h et le bar ferme. Avec le bordel qu’il y a ce soir dans les rues, j’espérais que le gars du bar nous laisserait un peu plus de temps mais non, on ne peut même pas profiter de l’effet foot ! Tant pis… On se split, certains iront à la Play, d’autres rentreront chez eux.
J’ai passé une putain de bonne soirée.
Merci à Fred des Matozoïdes, Mooly pour l’organisation (et le reste) Defflo, Toy Boy, Zanbil, Onk et Tripsy.

Report : A2line

toy-a2lineboy

d-flo-a2line2

d-flo-a2line3

mooly-a2line1

mooly-a2line2

onktripsy-a2line

Photos : A2line

d-flo-francois1

d-flo-francois2

mooly-francois1

mooly-francois2

mooly-francois3

zanbil-francois1

zanbil-francois2

zanbil-francois3

Photos : François Barrois

 

Comments are closed.

Post Navigation