Blog

HERETIK – PISCINE MOLITOR

Date : 14-04-2001

Samedi 14 avril, enfin ! Après quelques mois de préparation et d’attente sur cette soirée heretik nous y voilà…
le « krew » Heretik nous a filé rencard au Bois de Vincennes pour régler les derniers détails. Il est 18h30 et la nuit commence à faire son apparition ! !
Un journaliste de TF1 est là pour filmer et interviewer les participants, telle une bête curieuse il colle sa camera sous le nez de tout le monde et tel un adepte de sensationnalisme, il fait répéter 2 fois les mêmes choses par « manque de dynamisme » !
Mais bon ce drôle de petit pantin joue quand même un rôle plus intéressant, un rôle de témoin médiatique et donc de protecteur contre une éventuelle intervention sauvage des forces de l’ordre.
Et pourquoi TF1 ?
Nous sommes dans le 16ème arrondissement de Paris, fief de la droite conservatrice et capitaliste ! Les Heretiks ont décidé de frapper fort et de poser leur mur de 40w en bas des fenêtres bourgeoises qui même avec leurs double-vitrages n’empêcheront pas le son et les cris d’arriver aux oreilles de ces gens bien « proprets » qui nous prennent pour de la merde !
Il fallait donc un média « puissant » pour assurer et rassurer…

La nuit est enfin tombée, et nous sommes à proximité de l’endroit avec Olga. Un coup de fil nous préviens que l’on peut rentrer. L’endroit est sublime ! il s’agit d’une ancienne piscine dont l’architecture révèle tout le luxe d’une époque révolue… aujourd’hui désaffectée, taggée et graffée de partout.
Le « posage » et l’installation est très efficace et très discrète…chuchotements obligatoires, les portables sont sur vibreurs…
0H00 : Tout est presque prêt ! Dehors, il y a déjà quelques personnes qui squattent car les rumeurs sur l’endroit ont très bien tourné. Et bien sûr, la Police tourne pour savoir ce qui se passe… Il y a de plus en plus de monde dehors et la situation devient dangereuse car il y a aussi de plus en plus de flics.
Alors les organisateurs décident de commencer à faire rentrer les squatteurs indiscrets, l’infoline est lancée et 10mn plus tard c’est plus de 2000 personnes qui débarquent devant l’entrée ! ! TROP DE MONDE ! ! GRAVE TROP DE MONDE ! ! entassées, bousculées… Un vrai gros merdier ! L’entrée est bien trop petite…

Le son démarre enfin avec TomBuilder aux platines qui nous balance un mix techno et electro des plus sympathique, des skeuds bien choisis (dont le « predicaments » de Subhead que je kiffe particulièrement ! ).
Des milliers de personnes sont déjà rentrées et c’est le live de Signal Electrique qui prend le relais avec un son oldschool electro un peu lent à ce moment là de la soirée ! Les gens gueulent un peu, ils veulent que ça tape. Feudjay accompagne ce live en calant quelques skeuds et quelques scratchouilles mais on ne l’entend pas beaucoup.
D’ailleurs le mur est encore un peu faiblard, c’est peut-être pour ça que la musique de Signal Electrique n’a pas le même impact !

La foule est de plus en plus dense… énorme succès ! ! j’ai l’impression que les murs vont craquer.
Plus de monde mais aussi plus de son ! C’est au tour de Samite (Noisebuilder) de prendre les platines ! Le mix est très Techno avec des kicks assez lourds et un charley bien présent.

Dans la foule, les pyro-amateurs de bollasses s’amusent sur les esplanades jusqu’à ce que Cirkus Road System nous offre un spectacle hallucinant, avec des flammes et des étincelles qui explosent de partout des constructions et des objets en métaux de récup’ dans le délires de la Mutoïd Waste Company et des costumes post-apocalyptiques.

Le son commence à être un peu plus speed avec Beuns qui démarre son live (accompagné de Core-tex) puis Nout puis d’autres… que j’ai pas vu parce que le jour commençait à se lever et qu’il était temps de commencer à explorer cet endroit magique.
Ainsi, on a découvert la deuxième piscine couverte, avec des couleurs hallucinantes et au fond de la piscine, un mec qui était en plein délire artistique, avait entamé une sculpture avec la féraille qui trainait !! (j’apprendrais plus tard qu’il y a passé une bonne partie de la nuit et de la matinée).

Zip (Core-tex) commence son live Hardcore. La foule qui a légèrement diminué apprécie et moi aussi d’ailleurs, surtout lorsque son live va commencer à évoluer d’une façon tout à fait inédite, en break-expérimental improvisé et très réussi !
De la balle, du grand Core-tex.

9h du mat’ Manu le Malin débarque comme une fleur au dernier moment pour nous balancer son mix ! Un mix techniquement parfait mais un peu plat… On a connu bien mieux 🙂
Peut-être était-il fatigué de son retour de Strasbourg où il avait déjà joué pour une soirée Expressillon ?
C’est avec Manu le Malin que la teuf s’est terminée vers 11h30 du matin ! ! Il restait 200 personnes ! !

Pour conclure : c’était une teuf extraordinaire, avec un super endroit et une très bonne ambiance ! ! Le bordel dans Panam pour la deuxième fois.. on attend la troisième avec impatience ! ! OBSTINÉS ET IMPÉNITENTS ! !

Report : defflo

La piscine Molitor - Un bâtiment Art-Déco du 16ème laissé à l'abandon va enfin reprendre vie ce soir.

La piscine Molitor – Un bâtiment Art-Déco du 16ème laissé à l’abandon va enfin reprendre vie ce soir.

busteknokrate2

La foule à l'entrée

La foule à l’entrée

sans-titre-11

sans-titre-10

sans-titre-13

sans-titre-15

Circus Road System

Circus Road System

sans-titre-18

sans-titre-30

sans-titre-33

sans-titre-42

sans-titre-43

sans-titre-45

sans-titre-46

sans-titre-53

sans-titre-56

heretikkrew1bis

heretikkrew2

heretikkrew3bis

kreuvard

sans-titre-54

sans-titre-55

sans-titre-57

sans-titre-58

sans-titre-59

sans-titre-60

sans-titre-61

anim2

 

sans-titre-68

manulemalin

Manu le Malin au petit matin c’est bien !

De Charybde en Scylla, une escale hérétique à Molitor.
« La teuf du siècle », résumé quasi-unanime du dernier attentat sonore revendiqué par les Heretiks. Une organisation réglée… comme du papier à musique, deux mois à l’avance.
En amont : repérage, surveillance et préparation du lieu.
Le jour même : après rassemblement des Heretiks et de leur arsenal musical dans l’après-midi, la smala pirate s’est lancée à l’abordage de la piscine. 22h : montage du son, de la régie et des lights en 1/2h top chrono. Enfin, sécurisation de l’entrée, et arrivée du convoi de piétons.
La prise de l’endroit imposait en effet une préparation minutieuse. Relais constant par talkie entre l’équipe du montage et celle du convoi des teuffeurs, rassemblés à 1km de là, prêts à intervenir en cas de tentative de sabordage sauvage par les keufs.

Mais finalement, les dangereux courants de Charybde ne nous ont pas conduits à la tourmente, mais plutôt vers une communion magique et un déséquilibre envoûtant. Chair-de-poule, surprise d’avoir concrétisé ce plan de oufs, et de voir, dans les coursives encadrant le bassin, des milliers de bras levés vers un ciel clément, et d’entendre, plus forts que le son, les chœurs spontanés des danseurs en trance. Kiff absolu de l’instant présent, avec une impression de prise de risque qui dilate le temps et donne l’impression de marcher sur un fil. La diversité et la qualité du line-up ont également marqué cette soirée, commencée à la Hard-House avec Tom, achevée par du break avec Moumouth, en passant par du hard-core avec Core-Tex et de la hard-tek avec Manu-Le-Malin… débarquant spécialement d’une lointaine contrée au petit matin !

Vraiment, pour cette fois, tout le monde était soufflé par l’événement en lui-même, davantage que par les performances musicales, aussi bonnes qu’elles aient pu être. Le spectacle du Cirkus Road System a donné à la fête son aspect tekno-payen : concert de rock en flammes, esthétique à la Mad Max. Une performance visuelle et bruitiste, où les guitares sont des lances-flammes et crachent des étincelles.

Une très bonne fête, dans un lieu complètement inattendu : une piscine du début du siècle, à ciel ouvert, avec des coursives encadrant le bassin (transformé en dance-floor), sur plusieurs niveaux. Moment fort d’une vaste opération de sauvetage de la vie de la cité, revendiquée comme telle par l’Heretik System. En dehors de l’attrait architectural du lieu, sa situation dans le 16ème, l’arrondissement le plus friqué et le plus mort de Paris, constituait une invitation provocante à l’activisme festif vers lequel s’oriente de plus en plus radicalement les Heretiks.

L’association « Libérons les murs » a été créée à cette occasion, et pour la suite, pour revendiquer la liberté d’occuper et d’exploiter à des fins artistiques, pour des durées variables en fonction des besoins de différents collectifs ou associations, des friches urbaines (tous ces lieux laissés vacants par la Mairie de Paris, l’Etat, ou les spéculateurs immobiliers). Ces revendications rejoignent celles des squatts d’artistes et contribuent d’ailleurs à leur donner du poids par le biais d’attentats sonores en ville. Elles permettent aussi d’intégrer dans un cadre culturel les problèmes que rencontrent les sound-systems et organisateurs de teufs, qui occupent de façon éphémère des lieux. Obtenir une plus grande tolérance concernant l’occupation de lieux (voire des conventions d’occupations comme les baux précaires), nous donnerait la possibilité de pouvoir bien préparer les fêtes dans leur aspect artistique (décos, installations, projections… ).
Si vous souhaitez vous renseigner, et adhérer ( ?), à cette association, renseignez-vous sur le site www.heretik.org
Il est important d’élever nous même ce genre de revendications pour n’être plus réduits par les médias à des toxicos fanatiques jouant à reconstituer des camps de réfugiés, comme le pensent certains journalistes de FranceSoir en déconnexion totale avec une réalité sur laquelle ils sont sensés nous informer !

Report : Olga

sans-titre-71

sans-titre-76

sans-titre-81 sans-titre-83

Photos : KI

De Charybde en Scylla
Tourbillon marin du détroit de Messine, proche du rocher de Scylla. Pour les Anciens, les navigateurs qui avaient pu éviter le gouffre de Charybde étaient inévitablement rejetés vers Scylla, encore plus dangereux; d’où l’expression «tomber de Charybde en Scylla», c’est-à-dire échapper à un mal pour en subir un autre, pire encore.

Comments are closed.

Post Navigation