Blog

LE MANIFESTE

DEFCORE EN LUTTE CONTRE L’INEVITABLE EN 1999

Fortement inspiré par la vague des free-parties organisées par les Spiral Tribe, le mouvement free-party en France, à l’heure actuelle est très loin de constituer un riche héritage de ce concept. Il ne s’apparente en fait qu’à un chiffre, celui sans cesse croissant de sound-systems et donc de réunions hebdomadaires autour d’une bande de potes, au cours desquelles chacun veut passer ses skeuds et se la péter un coup derrière les platines, sans souci créatif ni ressenti musical, mais plutôt genre « j’me croûte mais j’y crois » !

Et encore, on n’aborde là que l’aspect musical de la fête, d’ailleurs souvent unique aspect des teufs.
En effet, pourquoi tant de stérilité aussi en ce qui concerne l’univers visuel (décos, vidéos, installations…) par rapport à l’énergie déployée (car il subsiste malgré tout une forme d’énergie) pour organiser des teufs et finir sans broncher chez les keufs ?
Plusieurs années après le lancement du mouvement en France, la musique est toujours le seul moteur de nos rassemblements. Et malheureusement, alors que cette musique représente une réelle richesse culturelle (les compositeurs français sont nombreux et brillants), les rassemblements festifs qui sont sensés la mettre en valeur (comme un aboutissement de la démarche artistique des musiciens) ont plutôt tendance à l’appauvrir.

Evidemment depuis notre clavier la critique est facile, mais Defcore a été crée pour ça aussi, à un moment où il est important que la critique explose pour révéler la médiocrité de la majeure partie des free qu’on nous propose.
Même si la matière à critiquer manque cruellement, on veut vous inciter à vous exprimer et à réactiver cet instrument merveilleux dont chacun dispose : le cerveau……

On arrive à un « tournant » du mouvement : après quelques années de « prise en charge », le temps du lancement, par de fameux sound-systems anglais comme les Spiral Tribe et UFO est révolu. Aujourd’hui, le public sans cesse grandissant des free-parties, et surtout, l’énergie vive qu’il représente, s’éparpillent dans la non-communication qui ruine l’organisation des teufs. Ainsi chaque week-end, divers petits groupes louent des sound-systems, souvent mal exploités d’ailleurs, histoire de « mixer sur du gros son » mais du coup on se retrouve avec trop de soirées médiocres au lieu d’une seule soirée mortelle.

Ces rassemblements multiples ne génèrent malheureusement rien d’autre qu’une vague animation sonore, où il est bon ton de repasser toujours et encore les vieux hits, pour exprimer son appartenance « de longue date » au mouvement. Car la référence au passé est constante… et évidemment rien de novateur (ou d’un peu original) n’en ressort. Parce que chacun, au lieu d’apporter sa contribution (matérielle, financière ou créative) à un sound-system déjà établi, préfère produire une pâle copie d’un modèle existant : or, plus l’original est reproduit, plus la copie est mauvaise. Et ce que nous déplorons n’est rien d’autre que cette énergie pure mal canalisée…

Bref, l’energie est là (qui dort), la volonté aussi, alors pourquoi le résultat est-il souvent si merdique ? Le temps est venu de se reprendre (comme l’ont montré récemment les Teknocrates en s’associant à Freak’s Factory (ex-Dôme) pour produire un spectacle de qualité) et de s’unir pour exploiter l’energie que nous représentons, que ça soit au niveau de l’aspect artistique (musique, arts plastiques et audiovisuels) et aussi (enfin) de l’aspect idéologique, pourquoi pas politique, du mouvement.
Aucun intellectualisme sérieux ne nous anime et notre jugement ne s’appuie sur aucune référence artistico-culturelle inabordable. Notre seule envie est de voir les teufeurs se lâcher d’avantage et ne plus douter de leurs capacités, pour ne plus simplement imiter. Car pour créer des installations appréciables, c’est pas compliqué : de la récup’, de la couleur, et des idées… Et pour créer des mix surprenants, juste un peu plus d’ouverture d’esprit et d’amour de la musique, histoire de sortir des standards habituels de la tekno avec un « k »… et pourquoi pas même de la techno ?
Faites courir vos idées… ON TOP NON STOP

Manifeste par : Claire et dFlo

Comments are closed.

Post Navigation