Blog

SHAPE-R CONNEXION – BUZ NETWORK PARTY

Date : 20-11-1999

flyer

Renouveau à l’Ouest

tenture

Petit week-end au pays des enchanteurs le 19 novembre, histoire de voir un peu comment ça bouge chez nos camarades bretons. Cette nuit là l’association B.U.Z. (Breizh Underground Zone) Network avait concocté une teuf dans un vieux fort militaire loué pour l’occasion, et ce entièrement aux frais des G.O.

fortbuz

La volonté de B.U.Z. d’organiser dans ces conditions une teuf strictement non commerciale, malgré le coût de location de l’endroit et du son, est assez remarquable, le fait est assez rare pour mériter d’être signalé. La P.A.F. sur donation était tout à fait libre. Côté teufeurs c’est appréciable évidemment, côté organisation, la participation hyper réduite des teufeurs est assez déplorable. Car l’effort déployé méritait d’être plus encouragé. Deux salles étaient à disposition. Dans la plus grande des deux étaient programmés les lives et set tek/hard-tek, c’était une big salle voûtée avec plancher, lumières flashs-étoiles-ki-tournent. Un graffeur s’y était installé et a réalisé un graff grand format 5m sur 2 pendant le déroulement de la teuf, et vu l’affluence (due à l’annulation de 2 autres teufs dans le coin) ça a dû être assez chaud pour lui.

graff

graffeur

On a eu en début de soirée du live des Triphases, venus mettre la sauce hard-tek à trois, le dernier de leurs lives était une tentative de break-beat, un peu noyé dans la multitude des sons… Plus tard dans la nuit, Core-tex et Signal Electrique ont pris les commandes et ont fait péter les frontières du « backstage » en s’installant parmi les danseurs, avec la nette intention de faire décoller tout le monde, avec une sorte de trance hard-core/break-core ou s’introduisait quelque fois des nappes de basses distordues qui donnaient un effet arabisant. Effectivement, tout le monde a décollé, complètement ti-par dans le son. Puis Fish4 a enchaîné avec un mix break-tek.

eretzipbuz

Dans l’autre « salle » c’était beaucoup plus roots, l’endroit-garage était deux fois plus petit, et l’espace n’étant pas clôt, il fallait être bien courageux pour y rester, vu qu’on se les gelait grave cette nuit là. La revendication de la T.A.Z. à l’entrée symbolisait encore la volonté des organisateurs de présenter la teuf comme un happening revendicatif et artistique.

entreetaz

Dans cette 2ème salle le line-up était géré par des djs de Synapsis et des Invisibles. On sait pas trop ce qui s’y est passé pendant la nuit, because le froid (remède apparemment hard-core, speed-core) mais le matin ça pétait break-beat-core old-school bien sec. Un dj de Synapsis notamment a fait un très bon mix dans la matinée (break-beat bien claquant, un peu dark), et un mec des Invisible a repris avec un set plus drum’n’bass. Au petit matin les organisateurs ont aussi préparé du café et fait tourner des parts de cake ou des clémentines, histoire de bien démarrer la journée, et de pas se laisser envahir par l’aigreur du froid et de la fatigue. Ça c’est encore un des petits détails qui l’font, et qui sont tout à l’honneur des organisateurs. Au niveau de l’accueil, il est clair que les sounds-systems parisiens auraient des leçons à prendre chez nos potes bretons. En ce qui concerne le public, ça fait plaisir de voir des gens qui ont le smile…

dj

mannequin

Report + Photos : Olga

Comments are closed.

Post Navigation